CrossFitWereld

Fitness, Sport, Reizen

Combien De Sport Pratique-T-On De Nos Jours Aux Jeux Olympiques?

Combien De Sport Pratique-T-On De Nos Jours Aux Jeux Olympiques
Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Les sports olympiques sont l’ensemble des sports et disciplines qui sont inscrits au programme des Jeux olympiques d’été et d’ hiver, L’actuel programme olympique se compose de 41 sports, de 59 disciplines et de près de 400 épreuves.

Quels sont les sports pratiqués aux Jeux Olympiques ?

Athlétisme, aviron, badminton, basketball, basketball 3×3, boxe, canoë sprint, canoë slalom, cyclisme sur piste, cyclisme sur route, BMX freestyle, BMX racing, Mountain bike (VTT), escrime, football, golf, gymnastique artistique, gymnastique rythmique, trampoline, haltérophilie, handball, hockey, judo, lutte,

Quels sports aux JO 20-24 ?

Sessions de nuit – Toutes les finales de natation et d’athlétisme auront lieu le soir. À partir de 20h30 pour la natation (à part le dernier jour, où ce sera à 18h30), et à partir de 19h pour l’athlétisme. Le deuxième week-end (3-4 août) offrira également une programmation spectaculaire.

Quels sont les 3 types JO qu’il existent ?

Jeux de l’Olympiade (Jeux d’été), Jeux Olympiques d’hiver. Parcours de l’athlète jusqu’aux Jeux. Vie au village olympique.

Quel est le nombre de disciplines aux JO ?

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Les sports olympiques sont l’ensemble des sports et disciplines qui sont inscrits au programme des Jeux olympiques d’été et d’ hiver, L’actuel programme olympique se compose de 41 sports, de 59 disciplines et de près de 400 épreuves.

Quel sport ne sera plus au JO ?

Ça part très bien, très fort” – Paris-2024 “Ça part très bien, très fort”, explique Paris-2024, “en moins d’une semaine, on a déjà des sports qui sont partis, mais seulement pour cette phase de vente”, Les chanceux qui ont été tirés au sort pour acheter ces packs de trois tickets minimum (30 tickets maximum), ne peuvent désormais plus avoir accès à sept disciplines.

Quel est le sport le plus récent ?

Faire du sport est un cercle vertueux : plus on bouge, plus notre corps libère des endorphines, les fameuses hormones responsables de la sensation de plaisir. Mais quelle activité pratiquer ? Désormais, les salles de sports offrent un panel de cours à même de satisfaire un large public.

Le Swimcross

Quézaco ? Un dérivé de bootcamp ultra ludique, entre terre ferme et piscine, où chaque séance est unique. Le swimcross mixe des exercices basiques – battements de jambes, saut à la corde, plongeons et autres échauffements – et des jeux sportifs : saut d’obstacles, escalade de structures gonflables, glisse sur toboggans, suivi de corde en apnée à 2m de profondeur, trampoline au fond de la piscine.

Les séances visent l’équilibre avec 1/3 des activités sous l’eau, 1/3 sur l’eau et 1/3 hors de l’eau. Les vingt dernières minutes propose un “défi du jour” en équipe ou en solo. 100% fun. Ça travaille quoi ? Dans l’eau, on brûle plus de calories que sur terre. L’ensemble des groupes musculaires travaillent (agonistes, antagonistes) en toute sécurité : la poussée d’Archimède limite les chocs articulaires et favorisent l’amplitude des mouvements.

L’hydromassage drainant et relaxant évite les courbatures. Le swimcross atténue la peur, booste la combativité, renforce la notion de défi. Forme requise ? Mieux vaut se sentir à l’aise dans l’eau ! En cas de fragilité cardiovasculaire, de tendinite ou de grossesse, s’abstenir.

Par contre, on peut pratiquer même si on a mal au dos puisque ce training fonctionnel améliore la capacité physique et renforce les abdos, Pour qui ? Les profils qui se lassent rapidement. Celles qui aiment l’esprit d’équipe à la Koh Lanta et n’ont pas peur de se lancer des défis. Pratique ? Dans l’un des centres Récréa.

http://swimcross.fr

Tension Off

Quézaco ? Ce nouveau cours enchaîne des exercices dérivés de l’ ostéopathie, du stretching postural, de la kinésithérapie, et des positions inspirées de plusieurs yogas et du Pilates, Il se pratique avec ou sans accessoires, au sol ou debout. Ajoutez les étirements et vous faites disparaître ce qui génère 90% des maux de dos courants.

  • Un vrai sport doudou du dos ! Ça travaille quoi ? Centré sur l’alignement et la mobilité de la colonne vertébrale, le Tension Off cultive souplesse, posture et élasticité de cette partie du corps stratégique trop souvent malmenée.
  • Il vise un parallélisme quasi-parfait via le travail fonctionnel des muscles profonds.

Bye bye, les douleurs articulaires et autres raideurs dorsales ! Forme requise ? Ouvert à tous les niveaux. Pour qui ? Les personnes atteintes de pathologies locales ; celles qui désirent renforcer leur dos de manière sécurisée et équilibrée. Pratique : dans les centres de sport L’usine.

TNL58

Quézaco ? TNL pour The Next Level (le niveau suivant) et 58 pour la durée de l’entrainement en minutes. Concrètement, il s’agit d’une séance de HIIT (High Intensity Interval Training, ou entrainement à effort fractionné) poussée à un stade supérieur grâce à la nouvelle approche signée Jess King.

  1. Débarquée de New York, cette coach aussi jolie que pêchue introduit du souffle et de la conscience dans le training pour le rendre encore plus efficace.
  2. Exemple : on cale la respiration sur le flux des chansons ; et à mi séance, la pause relaxation méditation permet de relancer la machine.
  3. Ça travaille quoi ? Le corps est plus tonique et résistant ; le training est intense mais progressif, ce qui évite les blessures.

La ceinture abdominale est bien gainée ! On apprend à progresser dans l’effort. Forme requise ? Endurance et initiation préalable au HIIT chaudement conseillée. C’est pour qui ? Les pratiquantes affûtées qui ont envie d’un coaching global pour aller plus loin dans l’intensité mais de manière maîtrisée.

L’Extreme HIIT Yoga

Quézaco ? Ce cours d’une heure croise l’intensité d’un HIIT (Training fractionné) à la douceur et à la fluidité d’un yoga (flow, vinyasa, Kundalini). Après un échauffement à bases d’étirements et de respiration, place au HIIT et ses pompes, sauts, abdos et squats en alternance.

  1. Le yoga vient calmer et assouplir le corps, pour finir sur un moment zen.
  2. Ça travaille quoi ? Le cardio, le renforcement musculaire, la souplesse, la concentration.
  3. Un nouveau sport hybride complet ! Forme requise ? Initiation préalable au HIIT et/ou à un type de yoga conseillée.
  4. Pour qui ? Les femmes sportives, actives et exigeantes qui ont peu de temps à dégager pour la pratique.

Pratique : À La salle de Sport (Paris 9 e ), les séances sont assurés par les fondateurs de la technique : Fabrice Tyack, instructeur de yoga et Jonatan Cañada, triple champion du monde de gymnastique. http://lasalledesport.paris/

Strong by Zumba TM

Quézaco? Plus intense, plus fitness, plus axée sur le cardio que sa grande sœur Zumba, c’est la version 2.0 du hit fitness des dernières années. Cet enchaînement de séquences d’entraînement au poids du corps, d’exercices de renforcement musculaire et d’activités centrées sur le cardio se fait en musique mais n’a plus rien à voir avec la Zumba.

  • On oublie les pas de danse ; place aux abdos, squats, fentes, sprints, sauts, burpees, pompes (avec ou sans les genoux, selon vos capacités) sur des rythmes spécialement mis au point pour le nouveau concept.
  • Ça travaille quoi ? Comme tous les sports en mode “fractionné”, il muscle le corps, affine et redessine la silhouette (idéal pour accompagner un rééquilibrage alimentaire.) En bonus, il booste l’ estime de soi,

Pour qui ? Les adeptes de l’esprit zumba qui ont envie de se dépasser (attention, le premier cours risque de vous déstabiliser.) Celles qui aiment transpirer en musique sans se prendre la tête. Forme requise ? Endurance et initiation préalable au HIIT conseillée.

L’Anti-Gravity

Quézaco ? Prenez des postures de yoga, des mouvements de Pilates et des séquences de gymnastique rythmique corsez le tout en vous suspendant sur des hamacs de tissus et vous voilà partie pour une séance de fitness qui vous place la tête en bas et les fesses en l’air ! Lancée par un ancien gymnaste aux Etats-Unis, cette série de postures impressionnantes pratiquées en “inversions” et compressions se révèle finalement moins difficile qu’il n’y paraît.

  1. Elle se base en effet sur des exercices simples comme la balançoire, la position en fœtus ou en cocon.
  2. C’est bon de faire l’enfant ou le singe ! Ça travaille quoi ? L’Anti-Gravity est excellent pour étirer les muscles, aligner la colonne vertébrale, soulager les articulations et voir le monde autrement.

Sensation de libération émotionnelle garantie. Pour qui ? Celles qui ont envie de rêver et de changer d’air tout en se musclant et en s’étirant. Les récalcitrantes à la position inversée, s’abstenir. Forme requise ? Si vous n’avez pas bougé pendant dix ans, commencez plutôt par quelques cours de gym.

L’escalade de bloc

Quézaco ? Cette technique de grimpe en salle a le vent en poupe, au point d’intégrer les prochains Jeux Olympiques à Tokyo ! Elle se pratique sur des blocs pouvant aller jusqu’à 5 m de hauteur, sans corde ni harnais, à la force des bras et des jambes.

Ça travaille quoi ? Primo, elle muscle en finesse : les bras, bien sûr, mais surtout les abdominaux, jambes et dorsaux sont travaillés en longueur, contrairement au fitness. La pratique permet d’affûter le mental et la concentration : l’esprit doit analyser le parcours au préalable pour trouver le chemin le plus simple puis évaluer les difficultés d’une prise à l’autre.

Idéal pour déconnecter des préoccupations du quotidien. Pour qui ? Celles qui souhaitent vaincre le vertige en douceur (les gros tapis sont là pour vous rattraper), ou à la recherche d’une activité à faire avec ses proches (copines, famille.). Les timides en quête d’une activité participative et conviviale, où l’on s’entraide et se conseille.

Quel âge pour participer aux Jeux Olympiques ?

L’âge limite fixé à 23 ans mais En 1992, le comité Olympique a décidé d’ouvrir la compétition à tous les joueurs, du moment qu’ils soient âgés de 23 ans ou moins.

Qui est à l’origine des Jeux Olympiques ?

L’histoire des Jeux remonte à l’Antiquité et prend ses racines en Grèce dans le Péloponnèse, il y a environ 3000 ans. Des concours sportifs organisés à Olympie avaient lieu tous les quatre ans et ont pris le nom de Jeux Olympiques. On ne sait pas précisément quand ils ont commencé, mais la date de 776 av.J.-C.

  • Est souvent citée dans les sources écrites.
  • Les raisons exactes de la naissance des Jeux restent aujourd’hui inconnues car l’histoire se mêle à la mythologie.
  • La période de quatre années séparant les éditions de ces Jeux Antiques était nommée “Olympiade” et servait à l’époque de système de datation: le temps ne se comptait pas en années, mais en Olympiades.

En 1894, Pierre de Coubertin lance son projet de rénovation des Jeux Olympiques et en 1896 a lieu la célébration des 1ers Jeux de l’ère moderne, à Athènes. En savoir plus :

Feuille d’information: Les Jeux Olympiques de l’Antiquité Set pédagogique: Les Jeux Olympiques de l’Antiquité

Quels sont tous les sports qui existent ?

Terminologie de sport pour les étudiants en E.P.S.3. LA CLASSIFICATION DES SPORTS On parle souvent du sport. C’est probablement à tort car s’il existe des caractéristiques communes à l’ensemble des sports, il faut bien reconnaître que les différences sont grandes entre par exemple le football, le parachute, le judo et l’athlétisme.

Pour mettre de l’ordre dans cette diversité, on peut regrouper les activités sportives par catégories, c’est-à-dire en faire une classification. Cette classification se fait selon plusieurs critères. On peut imaginer une catégorie de sports olympiques ou non-olympiques, celle des sports paralympiques, ou encore celle des sports dits nationaux.

Le programme actuel des Jeux Olympiques comprend 35 sports et près de 400 épreuves, Il ne faut cependant pas oublier les sports olympiques passés (rugby, polo, golf, etc.), qui figuraient au programme olympique autrefois, et les sports reconnus (alpinisme, bridge, roller, surf, etc.) par le Comité International Olympique (CIO). Les sports olympiques d’été:

  • athlétisme (courses à pied, sauts, lancers, épreuves sur routes et épreuves combinées)
  • aviron
  • badminton
  • baseball
  • basketball
  • boxe
  • canoë-kayak ( canoë-kayak en eaux calmes, canoë-kayak en eaux vives: slalom)
  • cyclisme (cyclisme sur piste, cyclisme sur route, vélo BMX, vélo tout terrain)
  • équitation (concours complet, dressage, saut d’obstacle)
  • escrime
  • football
  • gymnastique (gymnastique artistique, gymnastique rythmique, trampoline)
  • haltérophilie
  • handball
  • hockey
  • judo
  • lutte (lutte gréco-romaine, lutte libre)
  • natation (natation, natation synchronisée, plongeon, water-polo)
  • pentathlon moderne
  • softball
  • taekwondo
  • tennis
  • tennis de table
  • tir (fusil, carabine, pistolet, cible mobile)
  • tir à l’arc
  • triathlon
  • voile
  • volleyball (volleyball, volleyball de plage)

Les sports olympiques d’hiver :

  • biathlon
  • bobsleigh (bobsleigh, skeleton)
  • curling
  • hockey sur glace
  • luge
  • patinage (patinage artistique, patinage de vitesse, patinage de vitesse sur piste courte)
  • ski (ski alpin, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, ski acrobatique, snowboard)

Les sports paralympiques sont pratiqués par des athlètes handicapés. Ces sports sont organisés parallèlement avec des Jeux Olympiques et sont ainsi considérés comme solidaires de ces derniers. Les premiers Jeux paralympiques d’été ont eu lieu en 1952 à Stoke Mandeville (Royaume–Uni) et les premiers Jeux paralympiques d’hiver en 1976 à Örnsköldsvik (Suède).

Sports d’été Sports d’hiver
athlétisme, boccia, basketball en fauteuil roulant, cyclisme, équitation, escrime en fauteuil roulant, football à 5 (pratiqué par des athlètes malvoyants ou non-voyants ), football à 7 ( athlètes handicapés moteurs ), goal-ball (sport de ballon pratiqué par des athlètes mal voyants ou non-voyants avec un ballon sonore), haltérophilie, judo (athlètes malvoyants ou non-voyants), natation, rugby en fauteuil roulant, tennis en fauteuil roulant, tennis de table, tir à l’arc, tir sportif, voile, volley-ball assis (athlètes handicapés moteurs) ski alpin, ski nordique (ski de fond et biathlon), hockey sur luge, curling

Les sports à vocation de devenir olympiques Les sports qui s’efforcent à devenir les sports olympiques le plus tôt possible, sont déjà reconnus par le Comité International Olympique, sont par exemple roller, polo, bridge, échecs, bowling, danse sportive, surf, squash, ski nautique, etc.

Les sports nationaux sont les activités sportives pratiquées essentiellement dans le pays d’origine, ou ont une popularité importante dans d’autres pays : la pétanque et les boules en France, le bridge et le polo en Angleterre, la pélote basque ou la corrida en Espagne, le baseball ou le football américain aux États-Unis, le surf en Australie, le tennis de table en Chine, le hockey sur glace au Canada.

Le football étant le sport national dans plusieurs pays d’Europe, d’Amérique Latine ou d’Afrique. Dans les pays scandinaves, c’est le ski nordique, tandis que le ski alpin est un sport national dans les pays européens des Alpes (Autriche, Suisse, Allemagne, France, Italie).

See also:  How Much Is Sky Sports F1?

En République tchèque, il existe un sport spécifique, c’est le « football-tennis ». Il est pratiqué comme une activité de loisir, d’entretien physique et surtout de plaisir. Les différentes catégories de sports La classification des sports facilite la description synthétique d’un sport. Il est ainsi aisé de comprendre qu’un sport dit « nautique » est pratiqué non sur terre mais dans un milieu aquatique ouvert.

Les sports peuvent donc être subdivisés en catégories particulières selon leur caractère, de l’engin utilisé, de la technique, du terrain sur lequel ils sont pratiqués, etc. Voici une liste des sports les plus connus, classés par catégories ordinaires.

  • sports athlétiques :
    • courses à pied (course de vitesse, de demi-fond, de fond, de haies, de relais, steeple, course d’orientation)
    • sauts (saut en longueur, en hauteur, à la perche, triple saut)
    • lancers (poids, disque, javelot, marteau)
    • épreuves sur route (marathon, marche sur route)
    • épreuves combinées (heptathlon, décathlon)
  • sports gymniques :
    • gymnastique artistique (féminine et masculine), gymnastique rythmique, gymnastique acrobatique
    • trampoline, tumbling, aerobic, danse sportive.
  • sports aquatiques : natation, natation synchronisée, plongeon, water-polo
  • sports nautiques : aviron, canoë-kayak, voile, ski nautique, surf.
  • sports de jeu :
    • jeux de ballon (football, football américain, handball, basket-ball, volley-ball, volley-ball de plage, rugby.)
    • jeux de raquette ou de crosse (tennis, tennis de table, baseball, softbal, golf, badminton, squash, hockey sur gazon, hockey sur glace.)
  • sports collectifs : football, football américain, handball, basketball, volleyball, volleyball de plage, rugby, baseball, softball, hockey, hockey sur glace.
  • sports cyclistes : cyclisme de piste, cyclisme de route, vélo BMX, vélo tout terrain, cycle-balle, cyclisme artistique, street bike.
  • sports de combat : boxe, escrime, judo, lutte gréco-romaine, lutte libre, taekwondo, karaté, aïkido, sumo.
  • sports équestres : équitation (dressage, saut d’obstacle, concours complet, parcours de fond), course hippique de vitesse.
  • sports de glisse : ski alpin (descente, super-G, slalom géant, slalom, combiné alpin), ski acrobatique (saut acrobatique, bosse), snowboard (slalom, half-pipe), ski de fond, saut à ski, biathlon, combiné nordique, kiteski, kitesurf, roller, skateboard, kayak surf.
  • sports de glace : patinage artistique, patinage de vitesse, patinage de vitesse sur piste courte (short track), bobsleigh, skeleton, luge, curling, hockey sur glace
  • sports combinés : triathlon (épreuves de la natation, du cyclisme sur route et de la course à pied), pentatlon moderne (épreuves du tir, de l’escrime, de la natation, du saut d’obstacle et de la course à pied)
  • sports techniques : tir, tir à l’arc, parachutisme, parapente, plongée sous-marine, ski nautique, sports aériens, motocyclisme, automobilisme.
  • activités de plein air : ski (alpin et nordique), snowboard, ski de randonnée, raquettes, ski télémark, VTT, randonnée à vélo, canoë-kayak, aviron, voile, surf, rafting, plongée sous-marine, alpinisme, escalade, canyoning, randonnée à pied, course d’orientation.
  • sports extrêmes : l’épreuve du kilomètre lancé de vitesse à ski, le héliski, la parapente, le parachutisme, la plongée en apnée, le Rallye, le pilotage sur glace

Du plein air au sport de nature Si l’expression plein air est encore utilisée de nos jours, son usage s’explique davantage par l’antériorité historique du concept et la diversité des termes employés pour signifier les activités physique et sportives (APS) pratiquées en milieu naturel, que par référence à des finalités particulières.

  • Force est de constater que le terme est de moins en moins d’actualité.
  • Les activités physiques de pleine nature (APPN) puis récemment les sports de nature lui ont ravi la vedette à l’oral comme à l’écrit.
  • Les pratiques de plein air trouvent leur origine durant la seconde moitié du 19e siècle, en corrélation avec la montée en puissance de la thématique de l’air, qui n’ est plus envisagée uniquement sous sa fonction respiratoire, mais aussi en relation avec l’idée de nature.

L’air est assimilé à l’environnement qui nous entoure et vivre au grand air en échappant aux miasmes de la société industrielle est valorisé car synonyme de bonne santé.(.) De même, le développement naissant du sport ne s’effectue pas sans les activités se déroulant en milieu naturel (aviron, voile, alpinisme, etc.) qui sont les premières à se doter de structures administratives.

  1. À titre d’exemple, la Société de l’émulation nautique voit le jour en 1859, le Club alpin français en 1874 et la fédération française des sociétés d’aviron est créée en 1890.
  2. Reste que ces pratiques de plein air sont réservées durant cette période à une élite sportive ou sociale.
  3. Il faut attendre les réformes du Front populaire pour voir l’idéologie et les pratiques du plein air commencer à se diffuser plus largement dans la société.(.) «Les activités de plein air se sont jusque dans les années 1970 posées comme antinomiques des valeurs développées par la société industrielle.

En privilégiant un cadre d’exercice qui se situe à l’extérieur des maisons, des écoles et des salles de gymnastique, elles apparaissent comme compensatrices d’un mode de vie sédentaire et d’un environnement délétère. Mais le plein air est aussi porteur d’une philosophie teintée de pacifisme et d’écologie qui remet en cause l’idéologie du progrès et les valeurs matérialistes.

  1. Les premiers surfeurs ou grimpeurs incarnent bien cette génération de pratiquants.
  2. Les pratiques de plein air privilégient donc une nature utilitaire susceptible de contribuer à la santé de la personne et/ou de répondre à un idéal de vie.
  3. Elles possèdent ainsi une spécificité propre en conformité avec les représentations de l’époque.

Elles ont, enfin, une identité originale car elles se différencient des pratiques sportives traditionnelles, à l’image de leurs adeptes. Progressivement, l’action de l’homme sur la nature se fait de plus en forte. Il ne s’agit plus simplement d’être dehors, pour prendre l’air et s’oxygéner ou pour faire, dans certains cas, les mêmes choses qu’à l’intérieur (par exemple la gymnastique), mais au contraire de profiter de la nature, s’amuser avec les éléments (eau, terre, air, neige), en bref «s’éclater».

  • Les activités de plein air deviennent les activités physiques de pleine nature (APPN).
  • Elles connaissent un essor particulier dans les années 1980-90 à la faveur d’une évolution des valeurs qui privilégient un nouveau rapport à soi, aux autres et à la nature.
  • La définition des APPN est déjà révélatrice de ce changement de perspective.

Elles sont définies à l’époque comme l’ensemble des activités (parapente, deltaplane, ski, escalade, randonnées pédestre et équestre, VTT, canoë-kayak, plongée, surf, voile, etc.) se déroulant en milieu naturel dans un but de progression avec ou sans engin.

L’investissement pluriel des pratiquants dans les espaces naturels à la recherche de sensations multiples (ludisme, extrême, bien-être, découverte, convivialité) est aussi révélateur d’un nouveau rapport à la nature. De multiples modalités de pratiques se développent ainsi au cœur d’une nature extrêmement diverse mais que l’on peut baliser, d’un côté, par une nature sauvage et de l’autre, par une nature domestiquée.

Le processus de diffusion du sport dans la société durant les deux dernières décennies est une donnée explicative de l’apparition du terme sport de nature. Sa définition s’est donc élargie et les activités physiques se déroulant en milieu naturel ne pouvaient rester longtemps en dehors de cette «sportivisation» de la société.

  1. De même, les bouleversements les plus significatifs de la pratique sportive trouvent un écho notable au sein des sports de nature.
  2. En effet, ces derniers symbolisent l’ouverture des lieux d’exercice corporel en rendant accessibles de nouveaux espaces sportifs au cœur de la nature (stations de ski, de VTT, de voile, de surf, stade de vol libre, via ferrata, parcours acrobatiques en forêt, etc.) ou en milieu urbain et péri-urbain (structures artificielles d’escalade, rivières ou plans d’eaux artificiels, etc.).

Les sports de nature participent donc au double processus d’urbanisation de la nature et de naturalisation de la ville et en même temps reflêtent les innovations les plus remarquables en matière d’aménagement. Ils incarnent la nouvelle génération d’événements sportifs à vocation participative que ce soit par l’intermédiaire de manifestations de masse monodisciplinaires (marche, course à pied, VTT, ski de fond, canoë-kayak, escalade) ou encore par l’organisation d’épreuves nature-aventure à caractère multidisciplinaire (Rando raid, Défi vert, etc.) La nouvelle place occupée aujourd’hui par les pratiques physiques se déroulant en milieu naturel au sein de la demande sportive est aussi un facteur à prendre en compte.

  1. Est-ce que le classement final des dix premières nations était une surprise ?
  2. Dans quels sports l’équipe olympique de France avait eu du succès, et dans lesquels elle a échoué ?
  3. Dans quels sports ou disciplines la France a été absente ?
  4. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la délégation chinoise ?
  5. Quels changements ont été proposés dans le programme des J.O.2008 ?
  6. En s’appuyant sur les informations du reportage, pouvez-vous expliquer la différence entre le classement des nations et le classement à l’indice PO ?

VOCABULAIRE THEMATIQUE activité f činnost, aktivita; ~ de loisir volnočasová aktivita; ~s (physiques) de plein air sporty v přírodě athlète m atlet, sportovec; ~ handicapé moteur tělesně postižený sportovec; ~ malvoyant slabozraký sportovec; ~ non-voyant nevidomý sportovec aviron m veslování bobsleigh m boby boxe f box canoë-kayak m kanoistika; ~ en eaux calmes rychlostní kanoistika; ~ en eaux vives kanoistika na divoké vodě carabine f sportovní malorážka cible f mobile pohyblivý terč concours m soutěž, závod; ~ complet soutěž všestranné způsobilosti, všestrannost course f běh, jízda, závod; ~ à pied běh; ~ de demi-fond běh na střední trať; ~ de fond běh na dlouhou trať; ~ de haies překážkový běh, překážky; ~ de vitesse sprint cyclisme m cyklistika; ~ artistique krasojízda; ~ sur piste dráhová cyklistika; ~ sur route silniční cyklistika décathlon m desetiboj dressage m drezúra engin m náčiní, přístroj épreuve f závod, závodní disciplina équitation f jezdectví escalade f sportovní lezení escrime m šerm fauteuil m roulant vozíček pro tělesně postižené football-tennis m nohejbal fusil m vzduchová pistole gymnastique f gymnastika; ~ artistique sportovní gymnastika; ~ rythmique moderní gymnastika haltérophilie f vzpírání handball m házená heptathlon m sedmiboj hockey m hokej, pozemní hokej; ~ sur glace lední hokej jeu m hra; ~x de ballon míčové hry; ~x de raquette ou de crosse pálkovací hry; Jeux Olympiques (J.O.) Olympijské hry (OH); Jeux paralympiques Paralympijské hry; sports de ~ / ~x de sport sportovní hry; lancer m hod, vrh; ~ de disque hod diskem; ~ de javelot hod oštěpem; ~ de marteau hod kladivem; ~ de poids vrh koulí luge f saně lutte f zápas natation f plavání patinage m bruslení; ~ artistique krasobruslení; ~ de vitesse rychlobruslení; ~ de vitesse sur piste courte short track pentathlon m moderne moderní pětiboj plongée f potápění; ~ en apnée potápění na zadržený nádech; ~ sous-marine sportovní potápění plongeon m skoky do vody randonnée f výlet, turistika; ~ à pied pěší turistika; ~ à vélo cykloturistika; ski de ~ skialpinismus, lyžařská turistika relais m štafeta; course de ~ štafetový běh/závod saut m skok; ~ à la perche skok o tyči; ~ à l’élastique bungee jumping; ~ d’obstacles parkur; ~ en hauteur skok do výšky; ~ en longueur skok do dálky; triple-~ trojskok ski m lyže, lyžování; ~ alpin/de descente sjezdové lyžování; ~ de fond běh na lyžích; ~ nautique vodní lyžování; ~ nordique severské lyžování; saut à ~ skoky na lyžích; un kilomètre lancé de vitesse à ~ letmý kilometr, rychlostní lyžování sport m sport; ~s aquatiques plavecké sporty; ~s cyclistes cyklistické sporty; ~s de combat úpolové sporty; ~ de glace sporty provozované na ledě; ~s de jeu sportovní hry; ~s de (pleine) nature sporty v přírodě; ~ équestres jezdectví; ~s gymniques gymnastické sporty; ~s nautiques vodní sporty surf m surfing tennis m de table stolní tenis tir m střelba; ~ à l’arc lukostřelba voile f yachting, plachta VTT m ( vélo tout terrain ) horské kolo : Terminologie de sport pour les étudiants en E.P.S.

Pourquoi il y a 5 anneaux olympiques ?

Au moins une des cinq couleurs est présente dans tous les drapeaux du monde – Combien De Sport Pratique-T-On De Nos Jours Aux Jeux Olympiques Les cinq anneaux entrelacés représentent les cinq continents unis par l’olympisme. Quant aux six couleurs (en incluant le blanc en arrière-plan), elles représentent toutes les nations. En effet, au moins l’une de ces couleurs était présente dans le drapeau de chaque pays, lors de la création du drapeau.

Quel sport ne figure pas parmi les 28 autorisés actuellement aux Jeux olympiques ?

Racquetball – LIRE | Retour du racquetball aux Jeux panaméricains à Guadalajara 2011 Colby Iwasa (Photo : Janet Hoffar/Tourism Burnaby) Dans les années 1950, Joseph Sobek a créé le sport moderne du racquetball en combinant le paddleball à une raquette cordée. Cette modification mineure a eu pour effet de rendre le jeu plus rapide et plus précis; il intéresse également un public plus vaste.

Quel est le premier sport collectif olympique ?

Le water-polo a été le premier sport collectif à faire son entrée aux JO, en 1900 à Paris

Où auront lieu les JO en 2028 ?

Le 13 septembre 2017, les membres du CIO votent à l’unanimité et à main levée en faveur de l’attribution des Jeux d’été 2024 à Paris et de ceux de 2028 à Los Angeles.

Où auront lieu les Jeux Olympiques d’hiver en 2024 ?

Entre Tokyo et Paris 2024, il ne reste désormais plus qu’une édition des Jeux Olympiques et Paralympiques. Les Jeux de Pékin 2022 ont lieu en février et mars 2022, l’occasion de revenir sur les éditions des Jeux d’hiver qui ont eu lieu en France tout au long du 20ᵉ siècle.

Quel sport n’est pas au JO. 2024 ?

À noter : de nombreux sports, comme le karaté, ne figurent pas au programme des JO 2024.

Où auront lieu les Jeux Olympiques en 2024 ?

Découvrez les sites des Jeux olympiques et – Ville de Paris. Vivez les Jeux de Paris 2024!

Quel est le but des Jeux Olympiques ?

Le Mouvement olympique, les Nations Unies et la poursuite d’idéaux communs | Nations Unies Lorsque les peuples du monde ont applaudiront leur équipe nationale, lors de leur entrée dans le stade olympique à Rio de Janeiro, au Brésil, durant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, qui aura lieu le 5 août 2016, les spectateurs remarqueront quelque chose de nouveau.

  • Pour la première fois, une équipe d’athlètes composée uniquement de réfugiés a défilera avec fierté derrière le drapeau olympique en tant qu’équipe olympique de réfugiés.
  • Dans un effort visant à sensibiliser le monde à l’ampleur de la crise mondiale des réfugiés, le Comité international olympique (CIO) a annoncé durant la soixantième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, en 2015, la création de la toute première Équipe olympique de réfugiés.
See also:  Does Sports Increase Testosterone?

Dix athlètes de cette nouvelle équipe participeront aux côtés des équipes des 206 Comités nationaux olympiques. Ils représenteront les 65 millions de réfugiés dans le monde qui n’ont pas de toit à cause des conflits et de la guerre. Ces athlètes montreront au monde que, malgré les terribles tragédies auxquelles ils ont fait face, n’importe qui peut contribuer au développement de la société grâce à ses talents, à ses compétences et à sa force de caractère.

  • L’équipe sera un symbole d’espoir pour tous les réfugiés du monde et signalera à la communauté internationale qu’ils sont nos frères et constituent une source d’enrichissement pour la société.
  • Elle représente ainsi les valeurs universelles de tolérance, de solidarité et de paix et rappelle le but général du Mouvement olympique qui est de contribuer à la construction d’un monde meilleur par le biais du sport.

Cette équipe met aussi en valeur les idéaux qui unissent le CIO et les Nations Unies. Les deux organisations ont été fondées sur les mêmes valeurs de tolérance, de solidarité et de paix. Leur objectif commun est le développement pacifique de l’humanité.

  • Ces valeurs communes sont au cœur du Mouvement olympique.
  • Elles sont ancrées dans la Charte olympique, qui est la codification des principes de l’Olympisme tel qu’il a été conçu par Pierre de Coubertin, le fondateur des Jeux olympiques modernes.
  • La Charte olympique stipule que « le but de l’Olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l’humanité en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine ».

Dans le sport olympique, tout le monde est égal indépendamment de la race, du sexe, du statut social ou des opinions. Ce principe de non-discrimination permet aux Jeux olympiques de promouvoir la paix et la compréhension entre tous. Le sport est l’un des quelques domaines de l’activité humaine qui est devenu un droit universel : partout dans le monde, les règles sont identiques : le 100 mètres est un 100 mètres, quel que soit le pays.

Les règles sportives sont fondées sur les valeurs universelles du fair-play, du respect et de l’amitié et sont reconnues dans le monde entier. Dans notre monde globalisé, le sport a le pouvoir unique de rassembler les peuples. Les Jeux olympiques nous donnent l’espoir qu’un monde meilleur est possible, car ils constituent un exemple d’échanges pacifiques entre les peuples.

Le Village olympique illustre le mieux cet esprit d’unité dans la diversité. Les athlètes des 206 Comités nationaux olympiques y vivent ensemble en harmonie, sous le même toit et sans aucune discrimination. Dans ce qui est littéralement un village mondial, ils apprennent à se connaître sur le plan humain en partageant leurs expériences, leurs émotions et leurs repas.

Ils partagent aussi le respect pour l’excellence, que ce soit la victoire ou la défaite. Les athlètes olympiques montrent donc au monde entier qu’il est possible d’être en compétition tout en vivant ensemble de manière pacifique. À cet égard, les Nations Unies et le Mouvement olympique partagent non seulement les mêmes objectifs, mais aussi les mêmes principes visant à construire un monde meilleur.

Les activités des deux organisations soulignent l’importance des principes d’universalité, d’égalité, de non-discrimination et de respect des règles. Comme l’a dit fort à propos le Secrétaire général Ban Ki-moon : « Les principes olympiques sont les principes des Nations Unies ».

L’alignement des objectifs et des principes fait des Nations Unies et du CIO des partenaires naturels dans la poursuite d’idéaux communs. Le sport fait partie intégrante de la société moderne et diverse d’aujourd’hui. Par sa portée mondiale et son attrait universel, il joue un rôle important dans la promotion du développement d’une société pacifique.

Cette compréhension mutuelle sur le rôle du sport est au cœur du partenariat entre les Nations Unies et le CIO. En 2014, le CIO, reconnaissant le rôle unique du sport dans le monde contemporain, a adopté l’Agenda olympique 2020, 40 recommandations qui constituent la feuille de route stratégique pour l’avenir du Mouvement olympique.

  • Ces recommandations nous montrent clairement comment renforcer les valeurs du sport dans une société moderne et préserver le caractère unique des Jeux olympiques.
  • L’Agenda olympique 2020 est fondé sur la reconnaissance que, dans un monde globalisé, le pouvoir rassembleur et d’intégration du sport doit être mis au service de l’humanité.

Pour le CIO, les recommandations de l’Agenda olympique 2020 signifient qu’il faut s’ouvrir à la société et rechercher activement des partenaires pour promouvoir nos objectifs. Dans notre monde très interconnecté et interdépendant, des progrès sont nécessaires pour sauvegarder les valeurs du sport et renforcer ce dernier dans la société.

Pour mettre le sport au service de l’humanité, il faut renforcer son rôle dans la société. L’Agenda olympique 2020 fournit un cadre au CIO pour jouer ce rôle actif dans le monde. Ce sens de la coopération renouvelé a eu pour aboutissement le partenariat étroit entre le CIO et les Nations Unies au cours des dernières années.

Cet esprit est probablement le mieux exprimé dans la tradition de la Trêve olympique. Pour que les Jeux olympiques en Grèce se déroulent dans la paix, une tradition sacrée, l’ekecheiria, assurait la fin des hostilités et permettait aux athlètes et aux spectateurs de se rendre aux Jeux et de retourner chez eux en toute sécurité.

En étroite coopération avec le CIO, les Nations Unies perpétuent cette tradition ancienne de 3 000 ans. Reconnaissant la pertinence symbolique de la Trève olympique pour le monde d’aujourd’hui, l’Assemblée générale de l’ONU a, en 1994, adopté une résolution portant sur le respect de la Trève olympique avant la tenue des Jeux olympiques.

Plus récemment, le 26 octobre 2015, elle a adopté la résolution 70/4, intitulée « Édification d’un monde pacifique et meilleur grâce au sport et à l’idéal olympique », soutenue par plus de 180 États Membres de l’ONU. Elle appelle au respect de la Trêve olympique du septième jour avant l’ouverture des XXXI e Jeux Olympiques, le 5 août 2016, au septième jour suivant la clôture des XV e Jeux paralympiques, le 17 septembre, qui se dérouleront à Rio.

Outre la Trève olympique, le partenariat entre les Nations Unies et le CIO s’est développé dans de nombreux domaines. Le mémorandum d’accord signé en 2014 entre les deux organisations est une étape importante dans la poursuite de nos objectifs communs. Bien que l’Assemblée générale ait accordé en 2009 le statut d’Observateur permanent au CIO, ce tout premier mémorandum d’accord entre les Nations Unies et le CIO a créé un cadre de collaboration formel dans de nombreux domaines où le sport peut promouvoir l’intégration sociale et le développement économique.

Ces domaines comprennent une éducation de qualité, la santé, l’autonomisation des femmes et des filles ainsi que la consolidation de la paix. Dans ce cadre, le CIO, avec les Comités nationaux olympiques, les fédérations sportives internationales, les comités organisateurs et les athlètes, collaboreront avec les États Membres, les envoyés spéciaux, les conseillers spéciaux de l’ONU et les ambassadeurs de bonne volonté ainsi qu’avec les institutions spécialisées, les fonds et les programmes de l’ONU.

Dans le cadre de ce partenariat, le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté par l’Assemblée générale dans la résolution 70/1 du 25 septembre 2015, a spécifiquement reconnu le sport comme un « élément important » pour promouvoir la paix et l’entente. Le nouveau programme reconnaît « sa contribution croissante au développement et à la paix par la tolérance et le respect qu’il préconise; à l’autonomisation des femmes et des jeunes, de l’individu et de la collectivité; et à la réalisation des objectifs de santé, d’éducation et d’inclusion sociale ».

Le sport peut permettre de soutenir de manière concrète les efforts déployés par la communauté internationale pour réaliser les objectifs de développement durable établis par le Programme 2030, qui guidera le développement social et économique à travers le monde au cours des 14 prochaines années.

De par son caractère intersectoriel, le sport est à même de répondre simultanément à plusieurs objectifs. Il peut, en particulier, jouer un rôle important en matière de santé (Objectif 3), d’éducation de qualité (Objectif 4), d’égalité des sexes (objectif 5) ou de promotion de sociétés pacifiques et inclusives (Objectif 16).

Le CIO soutient les objectifs de développement durable et en coopérant avec les Comités nationaux olympiques ainsi que par ses propres initiatives, joue un rôle actif en aidant tous les pays à réaliser ce programme ambitieux. Un autre domaine de coopération important entre les Nations Unies et le CIO concerne le soutien des réfugiés dans le monde.

Bien que le CIO ait formé un partenariat avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) depuis plus de 20 ans pour venir en aide aux réfugiés dans les nombreux camps dans le monde, face à la récente crise, nos organisations doivent renouveler leur volonté d’apporter l’aide et l’expertise là où elles font le plus cruellement défaut.

La nomination en 2014 du Président d’honneur du CIO Jacques Rogge en tant qu’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les jeunes réfugiés et le sport montre l’importance que ces deux organisations accordent à cette question humanitaire et indique qu’elles partagent l’idée que le sport est un outil important pour autonomiser les jeunes des communautés de réfugiés.

À la lumière de la récente crise des réfugiés, le CIO a créé, en collaboration avec les Comités nationaux olympiques dans le monde, un fonds spécial de 2 millions de dollars afin de mettre en place des programmes d’aide par le biais du sport. Depuis 2004, le CIO et le HCR ont organisé le programme « Donner, c’est gagner ».

Cette campagne de solidarité mondiale fait appel aux athlètes, aux responsables et aux sponsors des Jeux olympiques, aux Comités nationaux olympiques et à d’autres parties prenantes du Mouvement olympique pour qu’ils apportent leur soutien aux réfugiés et sensibilisent le public à leur situation.

L’annonce de la création de l’Équipe olympique de réfugiés pendant l’Assemblée générale de l’ONU a souligné une fois de plus les intérêts communs de nos organisations à fournir des solutions à l’une des crises les plus urgentes de notre temps. Pour mettre sur pied cette équipe, le CIO a travaillé étroitement avec le HCR qui fournira le chef de mission adjoint pour l’équipe.

C’est la première fois que les deux organisations lancent une telle initiative pour soutenir une Équipe olympique de réfugiés, mais nous pouvons nous appuyer sur l’expérience de plus de deux décennies de coopération. Les Jeux olympiques de 2016 à Rio ont lieu dans un monde fragile.

La crise des réfugiés est l’un des nombreux défis auxquels la communauté internationale fait face aujourd’hui. Plus que jamais, le monde a besoin des valeurs de tolérance, de solidarité et de paix. En tant que deux organisations unies par ces valeurs communes, les Nations Unies et le CIO occupent une position unique pour œuvrer à la réalisation d’un monde meilleur et plus pacifique.

Les Jeux apporteront un message d’espoir dont le monde a grandement besoin en ces temps difficiles. Ce message est peut-être le legs le plus important que les Jeux olympiques apporteront à Rio de Janeiro, au Brésil et au monde entier. : Le Mouvement olympique, les Nations Unies et la poursuite d’idéaux communs | Nations Unies

Pourquoi les Jeux Olympiques ont lieu tous les 4 ans ?

Pour respecter l’origine antique des Jeux qui avaient lieu tous les quatre ans à Olympie. En effet, des concours sportifs y étaient organisés et ont pris le nom du lieu : les “Jeux Olympiques”. La période de quatre années séparant les éditions de ces Jeux Antiques était nommée “Olympiade” et servait à l’époque de système de datation: le temps ne se comptait pas en années, mais en Olympiades.

En 1894, Pierre de Coubertin lance son projet de rénovation des Jeux Olympiques et en 1896 a lieu la célébration des 1ers Jeux de l’ère moderne, à Athènes. Le mot Olympiade désigne aujourd’hui la période qui commence le premier janvier de la première année, et se termine le 31 décembre de la quatrième année.

En savoir plus :

Feuille d’information: Les Jeux de l’Olympiade Feuille d’information: Les Jeux Olympiques de l’Antiquité Set pédagogique: Les Jeux Olympiques de l’Antiquité

Quel pays a le plus de fois accueilli les Jeux Olympiques ?

1 – Les Etats-Unis.

Quels sont les différents sports ?

Terminologie de sport pour les étudiants en E.P.S.3. LA CLASSIFICATION DES SPORTS On parle souvent du sport. C’est probablement à tort car s’il existe des caractéristiques communes à l’ensemble des sports, il faut bien reconnaître que les différences sont grandes entre par exemple le football, le parachute, le judo et l’athlétisme.

  1. Pour mettre de l’ordre dans cette diversité, on peut regrouper les activités sportives par catégories, c’est-à-dire en faire une classification.
  2. Cette classification se fait selon plusieurs critères.
  3. On peut imaginer une catégorie de sports olympiques ou non-olympiques, celle des sports paralympiques, ou encore celle des sports dits nationaux.

Le programme actuel des Jeux Olympiques comprend 35 sports et près de 400 épreuves, Il ne faut cependant pas oublier les sports olympiques passés (rugby, polo, golf, etc.), qui figuraient au programme olympique autrefois, et les sports reconnus (alpinisme, bridge, roller, surf, etc.) par le Comité International Olympique (CIO). Les sports olympiques d’été:

  • athlétisme (courses à pied, sauts, lancers, épreuves sur routes et épreuves combinées)
  • aviron
  • badminton
  • baseball
  • basketball
  • boxe
  • canoë-kayak ( canoë-kayak en eaux calmes, canoë-kayak en eaux vives: slalom)
  • cyclisme (cyclisme sur piste, cyclisme sur route, vélo BMX, vélo tout terrain)
  • équitation (concours complet, dressage, saut d’obstacle)
  • escrime
  • football
  • gymnastique (gymnastique artistique, gymnastique rythmique, trampoline)
  • haltérophilie
  • handball
  • hockey
  • judo
  • lutte (lutte gréco-romaine, lutte libre)
  • natation (natation, natation synchronisée, plongeon, water-polo)
  • pentathlon moderne
  • softball
  • taekwondo
  • tennis
  • tennis de table
  • tir (fusil, carabine, pistolet, cible mobile)
  • tir à l’arc
  • triathlon
  • voile
  • volleyball (volleyball, volleyball de plage)

Les sports olympiques d’hiver :

  • biathlon
  • bobsleigh (bobsleigh, skeleton)
  • curling
  • hockey sur glace
  • luge
  • patinage (patinage artistique, patinage de vitesse, patinage de vitesse sur piste courte)
  • ski (ski alpin, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, ski acrobatique, snowboard)
See also:  Can You Swim With A Sports Bra?

Les sports paralympiques sont pratiqués par des athlètes handicapés. Ces sports sont organisés parallèlement avec des Jeux Olympiques et sont ainsi considérés comme solidaires de ces derniers. Les premiers Jeux paralympiques d’été ont eu lieu en 1952 à Stoke Mandeville (Royaume–Uni) et les premiers Jeux paralympiques d’hiver en 1976 à Örnsköldsvik (Suède).

Sports d’été Sports d’hiver
athlétisme, boccia, basketball en fauteuil roulant, cyclisme, équitation, escrime en fauteuil roulant, football à 5 (pratiqué par des athlètes malvoyants ou non-voyants ), football à 7 ( athlètes handicapés moteurs ), goal-ball (sport de ballon pratiqué par des athlètes mal voyants ou non-voyants avec un ballon sonore), haltérophilie, judo (athlètes malvoyants ou non-voyants), natation, rugby en fauteuil roulant, tennis en fauteuil roulant, tennis de table, tir à l’arc, tir sportif, voile, volley-ball assis (athlètes handicapés moteurs) ski alpin, ski nordique (ski de fond et biathlon), hockey sur luge, curling

Les sports à vocation de devenir olympiques Les sports qui s’efforcent à devenir les sports olympiques le plus tôt possible, sont déjà reconnus par le Comité International Olympique, sont par exemple roller, polo, bridge, échecs, bowling, danse sportive, surf, squash, ski nautique, etc.

Les sports nationaux sont les activités sportives pratiquées essentiellement dans le pays d’origine, ou ont une popularité importante dans d’autres pays : la pétanque et les boules en France, le bridge et le polo en Angleterre, la pélote basque ou la corrida en Espagne, le baseball ou le football américain aux États-Unis, le surf en Australie, le tennis de table en Chine, le hockey sur glace au Canada.

Le football étant le sport national dans plusieurs pays d’Europe, d’Amérique Latine ou d’Afrique. Dans les pays scandinaves, c’est le ski nordique, tandis que le ski alpin est un sport national dans les pays européens des Alpes (Autriche, Suisse, Allemagne, France, Italie).

En République tchèque, il existe un sport spécifique, c’est le « football-tennis ». Il est pratiqué comme une activité de loisir, d’entretien physique et surtout de plaisir. Les différentes catégories de sports La classification des sports facilite la description synthétique d’un sport. Il est ainsi aisé de comprendre qu’un sport dit « nautique » est pratiqué non sur terre mais dans un milieu aquatique ouvert.

Les sports peuvent donc être subdivisés en catégories particulières selon leur caractère, de l’engin utilisé, de la technique, du terrain sur lequel ils sont pratiqués, etc. Voici une liste des sports les plus connus, classés par catégories ordinaires.

  • sports athlétiques :
    • courses à pied (course de vitesse, de demi-fond, de fond, de haies, de relais, steeple, course d’orientation)
    • sauts (saut en longueur, en hauteur, à la perche, triple saut)
    • lancers (poids, disque, javelot, marteau)
    • épreuves sur route (marathon, marche sur route)
    • épreuves combinées (heptathlon, décathlon)
  • sports gymniques :
    • gymnastique artistique (féminine et masculine), gymnastique rythmique, gymnastique acrobatique
    • trampoline, tumbling, aerobic, danse sportive.
  • sports aquatiques : natation, natation synchronisée, plongeon, water-polo
  • sports nautiques : aviron, canoë-kayak, voile, ski nautique, surf.
  • sports de jeu :
    • jeux de ballon (football, football américain, handball, basket-ball, volley-ball, volley-ball de plage, rugby.)
    • jeux de raquette ou de crosse (tennis, tennis de table, baseball, softbal, golf, badminton, squash, hockey sur gazon, hockey sur glace.)
  • sports collectifs : football, football américain, handball, basketball, volleyball, volleyball de plage, rugby, baseball, softball, hockey, hockey sur glace.
  • sports cyclistes : cyclisme de piste, cyclisme de route, vélo BMX, vélo tout terrain, cycle-balle, cyclisme artistique, street bike.
  • sports de combat : boxe, escrime, judo, lutte gréco-romaine, lutte libre, taekwondo, karaté, aïkido, sumo.
  • sports équestres : équitation (dressage, saut d’obstacle, concours complet, parcours de fond), course hippique de vitesse.
  • sports de glisse : ski alpin (descente, super-G, slalom géant, slalom, combiné alpin), ski acrobatique (saut acrobatique, bosse), snowboard (slalom, half-pipe), ski de fond, saut à ski, biathlon, combiné nordique, kiteski, kitesurf, roller, skateboard, kayak surf.
  • sports de glace : patinage artistique, patinage de vitesse, patinage de vitesse sur piste courte (short track), bobsleigh, skeleton, luge, curling, hockey sur glace
  • sports combinés : triathlon (épreuves de la natation, du cyclisme sur route et de la course à pied), pentatlon moderne (épreuves du tir, de l’escrime, de la natation, du saut d’obstacle et de la course à pied)
  • sports techniques : tir, tir à l’arc, parachutisme, parapente, plongée sous-marine, ski nautique, sports aériens, motocyclisme, automobilisme.
  • activités de plein air : ski (alpin et nordique), snowboard, ski de randonnée, raquettes, ski télémark, VTT, randonnée à vélo, canoë-kayak, aviron, voile, surf, rafting, plongée sous-marine, alpinisme, escalade, canyoning, randonnée à pied, course d’orientation.
  • sports extrêmes : l’épreuve du kilomètre lancé de vitesse à ski, le héliski, la parapente, le parachutisme, la plongée en apnée, le Rallye, le pilotage sur glace

Du plein air au sport de nature Si l’expression plein air est encore utilisée de nos jours, son usage s’explique davantage par l’antériorité historique du concept et la diversité des termes employés pour signifier les activités physique et sportives (APS) pratiquées en milieu naturel, que par référence à des finalités particulières.

  • Force est de constater que le terme est de moins en moins d’actualité.
  • Les activités physiques de pleine nature (APPN) puis récemment les sports de nature lui ont ravi la vedette à l’oral comme à l’écrit.
  • Les pratiques de plein air trouvent leur origine durant la seconde moitié du 19e siècle, en corrélation avec la montée en puissance de la thématique de l’air, qui n’ est plus envisagée uniquement sous sa fonction respiratoire, mais aussi en relation avec l’idée de nature.

L’air est assimilé à l’environnement qui nous entoure et vivre au grand air en échappant aux miasmes de la société industrielle est valorisé car synonyme de bonne santé.(.) De même, le développement naissant du sport ne s’effectue pas sans les activités se déroulant en milieu naturel (aviron, voile, alpinisme, etc.) qui sont les premières à se doter de structures administratives.

À titre d’exemple, la Société de l’émulation nautique voit le jour en 1859, le Club alpin français en 1874 et la fédération française des sociétés d’aviron est créée en 1890. Reste que ces pratiques de plein air sont réservées durant cette période à une élite sportive ou sociale. Il faut attendre les réformes du Front populaire pour voir l’idéologie et les pratiques du plein air commencer à se diffuser plus largement dans la société.(.) «Les activités de plein air se sont jusque dans les années 1970 posées comme antinomiques des valeurs développées par la société industrielle.

En privilégiant un cadre d’exercice qui se situe à l’extérieur des maisons, des écoles et des salles de gymnastique, elles apparaissent comme compensatrices d’un mode de vie sédentaire et d’un environnement délétère. Mais le plein air est aussi porteur d’une philosophie teintée de pacifisme et d’écologie qui remet en cause l’idéologie du progrès et les valeurs matérialistes.

  • Les premiers surfeurs ou grimpeurs incarnent bien cette génération de pratiquants.
  • Les pratiques de plein air privilégient donc une nature utilitaire susceptible de contribuer à la santé de la personne et/ou de répondre à un idéal de vie.
  • Elles possèdent ainsi une spécificité propre en conformité avec les représentations de l’époque.

Elles ont, enfin, une identité originale car elles se différencient des pratiques sportives traditionnelles, à l’image de leurs adeptes. Progressivement, l’action de l’homme sur la nature se fait de plus en forte. Il ne s’agit plus simplement d’être dehors, pour prendre l’air et s’oxygéner ou pour faire, dans certains cas, les mêmes choses qu’à l’intérieur (par exemple la gymnastique), mais au contraire de profiter de la nature, s’amuser avec les éléments (eau, terre, air, neige), en bref «s’éclater».

  1. Les activités de plein air deviennent les activités physiques de pleine nature (APPN).
  2. Elles connaissent un essor particulier dans les années 1980-90 à la faveur d’une évolution des valeurs qui privilégient un nouveau rapport à soi, aux autres et à la nature.
  3. La définition des APPN est déjà révélatrice de ce changement de perspective.

Elles sont définies à l’époque comme l’ensemble des activités (parapente, deltaplane, ski, escalade, randonnées pédestre et équestre, VTT, canoë-kayak, plongée, surf, voile, etc.) se déroulant en milieu naturel dans un but de progression avec ou sans engin.

L’investissement pluriel des pratiquants dans les espaces naturels à la recherche de sensations multiples (ludisme, extrême, bien-être, découverte, convivialité) est aussi révélateur d’un nouveau rapport à la nature. De multiples modalités de pratiques se développent ainsi au cœur d’une nature extrêmement diverse mais que l’on peut baliser, d’un côté, par une nature sauvage et de l’autre, par une nature domestiquée.

Le processus de diffusion du sport dans la société durant les deux dernières décennies est une donnée explicative de l’apparition du terme sport de nature. Sa définition s’est donc élargie et les activités physiques se déroulant en milieu naturel ne pouvaient rester longtemps en dehors de cette «sportivisation» de la société.

  • De même, les bouleversements les plus significatifs de la pratique sportive trouvent un écho notable au sein des sports de nature.
  • En effet, ces derniers symbolisent l’ouverture des lieux d’exercice corporel en rendant accessibles de nouveaux espaces sportifs au cœur de la nature (stations de ski, de VTT, de voile, de surf, stade de vol libre, via ferrata, parcours acrobatiques en forêt, etc.) ou en milieu urbain et péri-urbain (structures artificielles d’escalade, rivières ou plans d’eaux artificiels, etc.).

Les sports de nature participent donc au double processus d’urbanisation de la nature et de naturalisation de la ville et en même temps reflêtent les innovations les plus remarquables en matière d’aménagement. Ils incarnent la nouvelle génération d’événements sportifs à vocation participative que ce soit par l’intermédiaire de manifestations de masse monodisciplinaires (marche, course à pied, VTT, ski de fond, canoë-kayak, escalade) ou encore par l’organisation d’épreuves nature-aventure à caractère multidisciplinaire (Rando raid, Défi vert, etc.) La nouvelle place occupée aujourd’hui par les pratiques physiques se déroulant en milieu naturel au sein de la demande sportive est aussi un facteur à prendre en compte.

  1. Est-ce que le classement final des dix premières nations était une surprise ?
  2. Dans quels sports l’équipe olympique de France avait eu du succès, et dans lesquels elle a échoué ?
  3. Dans quels sports ou disciplines la France a été absente ?
  4. Qu’est-ce que vous pouvez dire de la délégation chinoise ?
  5. Quels changements ont été proposés dans le programme des J.O.2008 ?
  6. En s’appuyant sur les informations du reportage, pouvez-vous expliquer la différence entre le classement des nations et le classement à l’indice PO ?

VOCABULAIRE THEMATIQUE activité f činnost, aktivita; ~ de loisir volnočasová aktivita; ~s (physiques) de plein air sporty v přírodě athlète m atlet, sportovec; ~ handicapé moteur tělesně postižený sportovec; ~ malvoyant slabozraký sportovec; ~ non-voyant nevidomý sportovec aviron m veslování bobsleigh m boby boxe f box canoë-kayak m kanoistika; ~ en eaux calmes rychlostní kanoistika; ~ en eaux vives kanoistika na divoké vodě carabine f sportovní malorážka cible f mobile pohyblivý terč concours m soutěž, závod; ~ complet soutěž všestranné způsobilosti, všestrannost course f běh, jízda, závod; ~ à pied běh; ~ de demi-fond běh na střední trať; ~ de fond běh na dlouhou trať; ~ de haies překážkový běh, překážky; ~ de vitesse sprint cyclisme m cyklistika; ~ artistique krasojízda; ~ sur piste dráhová cyklistika; ~ sur route silniční cyklistika décathlon m desetiboj dressage m drezúra engin m náčiní, přístroj épreuve f závod, závodní disciplina équitation f jezdectví escalade f sportovní lezení escrime m šerm fauteuil m roulant vozíček pro tělesně postižené football-tennis m nohejbal fusil m vzduchová pistole gymnastique f gymnastika; ~ artistique sportovní gymnastika; ~ rythmique moderní gymnastika haltérophilie f vzpírání handball m házená heptathlon m sedmiboj hockey m hokej, pozemní hokej; ~ sur glace lední hokej jeu m hra; ~x de ballon míčové hry; ~x de raquette ou de crosse pálkovací hry; Jeux Olympiques (J.O.) Olympijské hry (OH); Jeux paralympiques Paralympijské hry; sports de ~ / ~x de sport sportovní hry; lancer m hod, vrh; ~ de disque hod diskem; ~ de javelot hod oštěpem; ~ de marteau hod kladivem; ~ de poids vrh koulí luge f saně lutte f zápas natation f plavání patinage m bruslení; ~ artistique krasobruslení; ~ de vitesse rychlobruslení; ~ de vitesse sur piste courte short track pentathlon m moderne moderní pětiboj plongée f potápění; ~ en apnée potápění na zadržený nádech; ~ sous-marine sportovní potápění plongeon m skoky do vody randonnée f výlet, turistika; ~ à pied pěší turistika; ~ à vélo cykloturistika; ski de ~ skialpinismus, lyžařská turistika relais m štafeta; course de ~ štafetový běh/závod saut m skok; ~ à la perche skok o tyči; ~ à l’élastique bungee jumping; ~ d’obstacles parkur; ~ en hauteur skok do výšky; ~ en longueur skok do dálky; triple-~ trojskok ski m lyže, lyžování; ~ alpin/de descente sjezdové lyžování; ~ de fond běh na lyžích; ~ nautique vodní lyžování; ~ nordique severské lyžování; saut à ~ skoky na lyžích; un kilomètre lancé de vitesse à ~ letmý kilometr, rychlostní lyžování sport m sport; ~s aquatiques plavecké sporty; ~s cyclistes cyklistické sporty; ~s de combat úpolové sporty; ~ de glace sporty provozované na ledě; ~s de jeu sportovní hry; ~s de (pleine) nature sporty v přírodě; ~ équestres jezdectví; ~s gymniques gymnastické sporty; ~s nautiques vodní sporty surf m surfing tennis m de table stolní tenis tir m střelba; ~ à l’arc lukostřelba voile f yachting, plachta VTT m ( vélo tout terrain ) horské kolo : Terminologie de sport pour les étudiants en E.P.S.

Quel sport ne figure pas parmi les 28 autorisés actuellement aux Jeux Olympiques ?

Racquetball – LIRE | Retour du racquetball aux Jeux panaméricains à Guadalajara 2011 Colby Iwasa (Photo : Janet Hoffar/Tourism Burnaby) Dans les années 1950, Joseph Sobek a créé le sport moderne du racquetball en combinant le paddleball à une raquette cordée. Cette modification mineure a eu pour effet de rendre le jeu plus rapide et plus précis; il intéresse également un public plus vaste.

Quel est le premier sport collectif olympique ?

Le water-polo a été le premier sport collectif à faire son entrée aux JO, en 1900 à Paris

Pourquoi il y a 5 anneaux olympiques ?

Au moins une des cinq couleurs est présente dans tous les drapeaux du monde – Combien De Sport Pratique-T-On De Nos Jours Aux Jeux Olympiques Les cinq anneaux entrelacés représentent les cinq continents unis par l’olympisme. Quant aux six couleurs (en incluant le blanc en arrière-plan), elles représentent toutes les nations. En effet, au moins l’une de ces couleurs était présente dans le drapeau de chaque pays, lors de la création du drapeau.